Retour

Créer son entreprise

Il n’y a pas d’âge pour changer de vie professionnelle. Démonstration à travers deux reconversions réussies.

On le sait, les parcours de vie au travail sont nettement moins linéaires que ceux des générations précédentes. Les nouvelles technologies ou les possibilités de formation permettent de se réinventer professionnellement et, pourquoi pas, de créer sa propre entreprise. Les chiffres prouvent que l’on peut se lancer à tout âge, car selon l’Agence France Entrepreneur (AFE), l’âge moyen du créateur d’entreprise est de… 38 ans. Et les femmes ne sont pas en reste : selon l’Insee, en 1987, celles-ci représentaient 29 % des créateurs d’entreprises individuelles. En 2015, elles sont 39,6 %. Comme Catherine, 48 ans, qui a quitté le secteur du marketing pour se lancer dans une activité de fleuriste. « Je n’ai pas foncé tête baissée, tempère-t-elle néanmoins. J’ai mis sept ans à monter mon projet. »

C’est là tout le savant dosage de la création d’entreprise : écouter ses envies tout en restant pragmatique. Dans un premier temps, il convient de s'interroger. Sur soi d'abord : est-on fait réellement pour l'entrepreneuriat, les changements de vie qu'il induit ? Sur son projet ensuite : la demande existe-t-elle concernant votre offre ? Dans ce cadre, il est important de réaliser une étude de marché. Si tel est le cas, vient la phase d'élaboration. Pour ce faire, rien n'est plus important que de savoir bien s'entourer. Coup de chance : les réseaux de femmes entrepreneures se multiplient partout en France et se font fort d'accompagner les nouvelles venues dans le secteur, dans l'élaboration de leur business plan par exemple. Ces réseaux permettent aussi de se nourrir de l'expérience de chef d'entreprises ayant traversé les mêmes embûches tout en ne restant pas isolée dans son projet. Conseillers des Chambres du Commerce et de l'Industrie (CCI), avocats et expert-comptables constituent d'autres interlocuteurs privilégiés pour répondre aux questions juridiques ou fiscales liées à la création d'entreprise. Au moment de se lancer, il convient d'être vigilante quant à sa trésorerie : être à son compte, c'est faire face à des imprévus de la première année, mieux vaut donc anticiper. Etablir une relation de confiance avec son banquier peut donc s'avérer précieux.

Monter son entreprise peut donner quelques sueurs froides mais procure aussi nombre de satisfactions. Agnès, après des années de salariat, apprécie d'être désormais seul maître à bord. Et d'être une entrepreneure senior : « Je peux me prévaloir d’une certaine expérience auprès de mes clients. Et je ne me laisse pas déstabiliser par mes interlocuteurs, comme quand j’étais plus jeune. Je suis consciente de mes forces – et de mes faiblesses – et j’en tire le meilleur parti. À 30 ans, je n’aurais pas eu les armes pour monter ma boîte... » Alors, prête à vous lancer dans l’aventure ?

Mentions légales - Contact - Service consommateur
Haut de page